Sunday, June 05, 2011

Pakistan, l'arme du blasphème


 


 


Des populations fanatisées sont-elles sous l'emprise d'influences mentales générées par une organisation diabolique ? Pour Jean Robin cela ne fait aucun doute :

Selon ‘Abd al Wahid (In memoriam René Guénon, éd. Archè), « certaines turuq [organisations initiatiques islamiques], ou tout au moins certains de leurs sièges (zuwaya) qui furent dans le passé des centres légitimes pour la propagation de l’Islam ou pour l’indépendance de certains pays islamiques, deviennent aujourd’hui les instruments plus ou moins conscients de ces mouvements activistes et militants surgis quelquefois justement de la déviation d’une tariqat particulière. » Il s’agit là en somme d’une « croisade anachronique à l’envers, marque de ce qui n’est plus que le masque du véritable Islam », et dont le dernier mot est un extrémisme « qui incite à la révolte » et au terrorisme en vue de la constitution d’un califat rénové (...) non seulement dans les pays islamiques mais dans le monde entier (...). »

Cette perversion de la notion de Califat est à mettre en parallèle avec celle du Saint-Empire, ces deux contrefaçons devant être « l’expression de la «contre-tradition» dans l’ordre social ; et c’est aussi pourquoi l’Antéchrist doit apparaître comme ce que nous pouvons appeler, suivant le langage de la tradition hindoue, un Chakravartî (ou «monarque universel») à rebours. » (René Guénon, le Règne de la Quantité et les Signes des Temps, éd. Gallimard.)

Le péril représenté par un Islam ainsi dévié avait été souligné par Guénon dans une lettre du Caire en date du 25 mars 1937, et dont il n’est pas nécessaire de souligner l’extrême importance. Mais avant d’en citer l’essentiel, il convient de s’attarder quelques instants sur ces « tours du diable » dont il va être question, et qui ne manqueront pas de déconcerter bien des lecteurs. Leur existence fut révélée pour la première fois en Occident, croyons-nous, par le célèbre voyageur américain W.B. Seabrook (cf. Aventures en Arabie, éd. Gallimard, 1933) :

« J’avais, en effet, déjà, plus d’une fois entendu parler de ces Sept Tours et je les croyais aussi mythiques que le « royaume souterrain » des Chinois ou les caves de Sinbad. Les contes, fort répandus en Orient, qui m’en avaient été faits se réduisaient à ceci :

« Bâties sur des pics isolés, ces sept tours formaient une chaîne qui s’étendait à travers l’Asie, du nord de la Mandchourie au Kurdistan, en passant par le Tibet et la Perse. Et dans chacune d’elles siégeait en permanence un prêtre de Satan, qui, en projetant d’occultes vibrations, régissait l’action du mal dans le monde. »

Et Seabrook décrit en ces termes celle qu’il vit chez les Yézidis, à Cheik-Adi, dans les contreforts des montagnes du Kurdistan :

« Derrière, surmontant une autre éminence plus élevée, était une tour blanche pointue, semblable à la pointe finement taillée d’un crayon, et d’où partaient des rayons d’une éblouissante lumière qui nous venaient frapper les yeux. La vue m’en donna un frisson d’enthousiaste curiosité, car, quel qu’en pût être exactement l’objet, je savais, à n’en point douter, que c’était une des « Tours de Shaitan », l’un de ces phares fabuleux dont il est question dans les mythes et les contes persans, arabes et kurdistans. »

Ouvrons ici une brève parenthèse pour dire que selon des sources très réservées, depuis 1934 — l’année même où Hitler, après la mort d’Hindenburg, accédait à la présidence — les derniers anneaux des chaînes qui emprisonnaient encore l’Adversaire sont rompus. La « Tour déserte centrale » sur laquelle s’appuient les puissances ténébreuses a manifesté son activité d’une façon particulièrement nette et, plus d’un demi-siècle après, on peut discerner, nous assure-t-on, les délinéaments de l’évolution du monde conduisant au triomphe imminent des puissances susdites.

Guénon, commentant le livre de Seabrook, rectifie et complète à la fois les observations de ce dernier. Il écrit en effet (Aperçus sur l’Ésotérisme islamique et le Taoïsme, éd. Gallimard, 1973) : « (...) qu’une de ces tours soit située chez les Yézidis, cela ne prouve d’ailleurs point que ceux-ci soient eux-mêmes des «satanistes», mais seulement que, comme beaucoup de sectes hétérodoxes, ils peuvent être utilisés pour faciliter l’action de forces qu’ils ignorent. Il est significatif, à cet égard, que les prêtres réguliers yézidis s’abstiennent d’aller accomplir des rites quelconques dans cette tour, tandis que des sortes de magiciens errants viennent souvent y passer plusieurs jours ; que représentent au juste ces derniers personnages ? En tout cas, il n’est point nécessaire que la tour soit habitée d’une façon permanente, si elle n’est autre chose que le support tangible et «localisé» d’un des centres de la «contre-initiation» (...). »

Voyons maintenant les précisions géographiques fournies par Guénon, dans cette lettre à laquelle nous faisions allusion tout à l’heure, et qui éclaire d’un jour singulier la fonction de ces « centres de projection des influences sataniques [ou des courants mentaux...] à travers le monde « Celles-ci [les tours] semblent plutôt disposées suivant une sorte d’arc de cercle entourant l’Europe à une certaine distance : Une dans la région du Niger, d’où l’on disait déjà, au temps de l’Égypte ancienne, que venaient les sorciers les plus redoutables ; Une au Soudan, dans une région montagneuse habitée par une population «lycanthrope» d’environ 20 000 individus (je connais ici des témoins oculaires de la chose) ; Deux en Asie Mineure, l’une en Syrie et l’autre en Mésopotamie [à l’est de Mossoul en Irak] ; Puis une du côté du Turkestan (...) ; Il devrait donc y en avoir encore deux plus au nord [pour que soit complété, comme nous le verrons, le symbole des «sept têtes du Dragon»], vers l’Oural ou la partie occidentale de la Sibérie, mais je dois dire que, jusqu’ici, je n’arrive pas à les situer exactement. »

Jean Robin, Hitler, l'Élu du Dragon.

No comments: